© Sabine Nourrit

Les inquiétudes des consommateurs face à la grande distribution et aux lobbies qui gèrent toute la planète portent naturellement sur ce qui est constatable en consommant, comme la qualité ou le prix des produits et services. De ce fait, les sujets de mécontentement et de protestations se focalisent sur ces points qui sont judicieusement contournés par les services de marketing et de communication des grands distributeurs et autres monopôles.

Vous en avez marre de mangez mal ?
Venez chez nous, c'est mauvais aussi mais...
Vous voulez payer moins cher ?
Chez nous, c'est moins cher ! (mais moins bon).

Non !
Le vrai problème n'est pas réellement la qualité, ni le prix, de ce qui finit dans nos assiettes, ou d'une manière plus étendue dans nos foyers
, mais plutôt la façon dont cela aboutit dans nos paniers de consommateurs.
En assainissant leur parcours entre le producteur ou le fabricant et les étals, les produits seraient meilleurs et moins chers, surtout car nous garderions le libre arbitre de les choisir dans un éventail de qualités et de coûts, non filtrés par les profiteurs, et mieux adaptés aux exigences de chacun.
Il en est de même en rendant à la communauté les biens d'équipement et l'exploitation des ressources qu'elle a financés par l'impôt et dont elle s'est vue dépossédée au fil du temps.