amarita-gd.jpg

La statue

J’ai pas osé te toucher…
Allongée là,
dans le jardin de mon enfance.

Offerte, répandue,
presque nue,
endormie à jamais.

J’imaginais
sous la peau pierre
de tes paupières,
ton regard me brûler,
et mon premier désir
qui grandissait.

Mais je sentais,
par dessus mon épaule,
le souffle jaloux du sculpteur
qui t’avais figée là
pour l’éternité.

© JEAF nov. 2008


Visiter le site :
Marie Boquet