ma Terre est à nous

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Contes poétiques

Fil des billets

samedi 17 mars 2012

Le corbeau, le lapin et le renard.

Impossible de trouver l'auteur de cette version amusante, mais l'original de cette fable est de Kerfon le Celte sur son blog de fables marrantes et pimentées.
A voir :
http://www.kerfon-le-celte.net

Lire la suite...

Nous finissons tous par rencontrer nos rêves... ils existent vraiment !

A Moebius, bon voyage...


samedi 8 octobre 2011

La fleur et la brebis

Montage à partir d'une photo de ©Carole Villain

Une jolie petite fleur venait d'être piétinée
Elle secoua sa corolle fragile et ses pétales séchés.
Quand s'en vint, une pauvre brebis égarée
Elle voulut l'aider et entreprit de la lécher
Mais le fit tant et bien qu'elle finit par la manger.

Lire la suite...

dimanche 10 avril 2011

La mante ménagère

Il s'est assis sur la rive de ses yeux
pour surveiller le cours de ses humeurs.
Guettant l'instant propice
pour glisser vers son cœur.

Il rencontra sa bouche,
entrouverte comme le calice
timide d'un jeune avril,
et posa la rosée de ses vœux.

Puis il goûta les fruits
de ses rondeurs fertiles,
agitant tout son corps
d'un frémissement farouche.

Enivré de désir,
happé par le décor,
l'étreinte de sa belle
le ravissait sans bruit.

Lire la suite...

samedi 18 décembre 2010

Les guerriers de la dune : La fille du Mad'Jarra

Nouvelle ou conte ?
Extrait du recueil de nouvelles, contes et poésies "Les Guerriers de la Dune".
Publié sur My Major Company Books en novembre 2010

"Il y a des femmes qui ne comptent pas leurs amants
mais qui à certains ont laissé des marques
aussi profondes qu'un amour éternel."

J’ai rencontré Inès par une nuit de souvenirs, la face cachée de nos mémoires.
Ce que je sais, c’est qu’elle occupait une pièce aux couleurs soutenues, parée de dorures au plafond et de détails baroques, mais je ne sais plus si je l’ai vraiment rencontrée.
On y accédait par une ruelle étroite et bien plantée, aux toits pointus, aux odeurs fortes et à l’air épais des métropoles de l’Asie, bordées de buildings.

Lire la suite...

samedi 28 août 2010

Les roses de Terra Amata

J'ai fait le tour du monde et vu le monde autour, j'ai rencontré l'amour un beau matin d'avril, et un beau soir de janvier aussi... puis j'ai vu naître mes enfants et disparaître mes parents. Alors je me suis assis sur le rebord du temps, comme les premiers occupants de cette belle région, il y a quelques milliers d'années, sur cette plage disparue de Terra Amata.

Un homme s'est approché, il ressemblait beaucoup à un ami que j'avais rencontré dans les sables brûlant de l'orient, mais... non, ce n'était pas lui.

Lire la suite...

jeudi 12 août 2010

Le temps d’une histoire

C'est l'histoire d'une petite montre de femme élégante et discréte jusqu'à son remontoir.

Elle voulait parler à son homonyme montre d'homme très sérieuse et très affairée. Mais voila cette dernière n'avait jamais le temps...
Depuis plusieurs semaines elle lui courrait après en criant :
- attends ! attends ! j'ai quelque chose à te dire...
- qui y a-t-il encore tu vois bien que je n'ai pas le temps
- Si, si, écoute moi. Je suis sûr que tu avances de 10mn au moins, alors arrête-toi et prenons le temps de parler.
- moi ? moi j'avance ? c'est impossible je suis à pile et à quartz.  C'est plutôt toi qui retarde ta maîtresse a dû oublier de te remonter. Maintenant laisse moi j'ai à faire...
- Je ne suis peut être qu'à remontoir et à ressort mais ma maîtresse n'a jamais oublié de me remonter et de m'ajuster sur la grande horloge du temps.

Lire la suite...

samedi 24 juillet 2010

La mort du Roi Lion

Vous pouvez écouter cette petite histoire en cliquant sur le fichier joint en annexe au bas de ce billet


Adempok était un joli petit singe qui se prenait pour un Prince.
Il avait acquis de son père, un roi dont le nom a disparu, le royaume immense de l’esprit dont rêvent tous les animaux, y compris le roi « Lion » en personne dit-on.
Et bien entendu, il du un jour revêtir le costume de roi du royaume de l’esprit pour en assurer la succession. Ce dernier consistait, en réalité, en une simple et totale disparition de la queue, ce qui lui permettait de s’asseoir d’une façon différente de ses congénères et ainsi de se distinguer au milieu de la tribu.<

Puisque, Adempok n’est qu’un singe souvenez vous.

Lire la suite...